Histoire de l’entreprise

La petite histoire d’un grand fabricant de pianos

Tout a commencé lorsqu’un jeune apprenti menuisier, originaire de la ville allemande de Spaichingen, décida de s’attarder sur la culture musicale : Johann Grimm. Il s’installa à Vienne en 1813 chez Johann Andreas Streicher et sa femme Nanette Stein pour apprendre à fabriquer des pianos. Beethoven ne préférait pas seulement les instruments de Streicher, il était également son ami. Nanette tint le ménage du grand compositeur durant de nombreuses années. Streicher était en outre le professeur de piano du fils de Mozart et composait lui-même dans le style classique viennois. (L’entreprise SAUTER a sorti récemment un CD sur les variations de Streicher d’une chanson traditionnelle anglaise.) Au bout de six ans de formation dans l’ancienne capitale de la musique et des fabricants d’instruments, Grimm revint plein d’énergie et d’idées. En 1819, il commença à construire des pianos carrés à Spaichingen.

Son neveu Carl Sauter, successeur et héritier de Grimm, construisit l’atelier en 1846 pour en faire une véritable manufacture, dans laquelle une douzaine d’apprentis étaient employés. Elle ne tarda pas à devenir une des premières manufactures de pianos en pays souabe. Après son décès prématuré, ce fut Johann Sauter, âgé de 17 ans seulement, qui prit la tête de l’entreprise avec sa mère. Il ramena de nombreuses idées et innovations de ses nombreux voyages, en Amérique notamment. L’ouverture d’esprit, l’esprit de pionnier et l’amour de la perfection ont toujours marqué le travail de Sauter.
Il n’est donc pas surprenant qu’un grand nombre d’inventions et d’améliorations techniques dans la fabrication des pianos SAUTER fassent l’objet de brevets internationaux. C’est sous la direction de Johann Sauter que l’entreprise passa de la fabrication du piano carré au piano-forte, de dimensions plus importantes. Carl Sauter II, qui dirigea l’entreprise à partir de 1909, accéléra l’agrandissement de l’usine et l’accroissement de la production.

Grâce à l’excellente qualité produite et à ses modèles de pianos améliorés, le nom Sauter résonna positivement dans toute l’Allemagne. Hans Sauter, le fils de Carl Sauter, qui dirigea l’entreprise à partir de 1948, exploita de nouvelles découvertes scientifiques, de nouvelles techniques et de nouveaux matériaux pour fabriquer des pianos modernes. Les pianos, synonymes de bonne sonorité et aux formes esthétiques, furent bientôt exportés dans le monde entier. En 1968, Carl Sauter III (frère de Hans Sauter) reprit la direction de l’entreprise florissante et fit construire de 1974 à1983 une nouvelle usine. Sauter poursuivit dans cette voie avec cohérence en développant la mécanique à double répétition – qui permet d’obtenir sur le piano droit une frappe particulièrement sensible – et en lançant la M-Line de qualité exceptionnelle au début des années 90.

En 1993, Otto Hott acquit la majorité des parts après le départ de Carl Sauter III. Avec Ulrich Sauter comme autre associé, un membre de la famille demeura fondé de pouvoir et directeur des ventes de l’entreprise. Une phase de réorientation réussie sur le marché mondial débuta. Grâce à ces innovations, SAUTER accéda à la classe de prestige internationale. SAUTER adopta également des notes de design dans sa série de modèles exclusifs « Sauter designed by Peter Maly », créée pour répondre aux besoins des habitats modernes. En l’an 2000, Sauter entra dans la dimension sonore de classe internationale des pianos à queue avec son piano de concert 275. Une nouvelle ère s’ouvrit dans l’artisanat d’art d’excellence de la facture de piano.